Petit mot

Mon blog se nourrit de vos commentaires, alors n'hésitez pas, et commentez !
Je serais ravie de partager avec vous.
Et puis, si l'envie vous en dit, rejoignez le cercle des abonnés, c'est sur votre droite.
Merci à tous. ♡

dimanche 17 septembre 2017

Premières lignes #1


Je vous retrouve aujourd'hui pour un nouveau rendez-vous sur le blog, qui n'est autre que celui instauré par Ma Lecturothèque, "Premières lignes".

Le but est simple : il s'agit de vous partager les premières lignes d'un livre !


Cette semaine, je vous présente un de mes récents coup de coeur : "La fourmi rouge" d'Émilie Chazerand ! Cela me paraissait logique de commencer par là, puisque c'est notamment grâce à ces premières lignes que j'ai SU que ce livre serait un coup de coeur.



1
Miss Pudding

____Mon père dit souvent que juste avant de venir au monde, chacun d'entre nous tourne une gigantesque et invisible roue de la Fortune.
____S'il a raison, j'ai fait banqueroute.
____Par exemple : je suppose que vous avez déjà rêvé d'être quelqu'un d'autre. Un copain de classe, un champion de foot, une star internationale, n'importe qui. Eh bien, même si je suis catégoriquement "n'importe qui", j'ai la certitude absolue que personne sur cette Terre n'a jamaisvoulu être moi - ne serait-ce qu'un millionième de seconde.
____La première fois que j'ai compris ça, j'avais neuf ans et un amoureux de CM1. Il s'appelait Pierre Siffère, portait tous les jours le même jogging vert bouteille et possédait la paire d'yeux gris la plus magnétique du monde.
____Dès que je voyais Pierre, je sentais mes os fondre et couler dans les muscles de mes jambes. 'Ce n'était pas pratique pour marcher, mais c'était fabuleux à ressentir.) J'attendais chaque jour la pauvre minute durant laquelle il me tiendrait la main pour entrer en classe, lorsque nous devions nous mettre en rang. Quand ses doigts moites et boudinés s'enroulaient autour de mes propres doigts moites et boudinés, je vivais les secondes les plus intenses de ma vie.
____Mais au bout de quatre jours de passion brûlante, Pierre refusa ma main pour ventouse celle de Lucie Christos.
____Notre grand amour était mort, sans signe avant-coureur ni râle ultime. Mon ex-âme soeur enterra définitivement notre belle histoire par une déclaration aussi incongrue que cruelle :
- Je t'aime plus. Tu sens le pudding.


En espérant vous avoir donné envie de vous plonger dedans. ☆

© Solène

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire