Petit mot

Mon blog se nourrit de vos commentaires, alors n'hésitez pas, et commentez !
Je serais ravie de partager avec vous.
Et puis, si l'envie vous en dit, rejoignez le cercle des abonnés, c'est sur votre droite.
Merci à tous. ♡

mercredi 7 février 2018

Platonik - Nila Kazar


Éditeur : Itil/Qupé éditions
Parution : 2017
Pages : 268
Genre : Contemporain
J'achète : Broché 18€ (ici)


Synopsis :

Laura, jeune romancière au caractère bien trempé, rencontre Duncan, auteur célèbre et vieillissant, atteint d'une maladie rare. Il lui demande de l'aider à se documenter pour un projet de livre. Cela tombe bien, elle est en panne dans son nouveau roman. Un lien ambigu se tisse entre les deux écrivains, entre le désir et son empêchement, entre la création et ses entraves. Alors qu'ils séjournent ensemble à l'étranger, par la grâce d'une rencontre amoureuse, Laura s'affranchit des exigences de plus en plus abusives de Duncan. Mais jusqu'où ce diable d'homme est-il capable d'aller ? Élégant dans la forme et audacieux dans le fond, Platonik s'empare d'un thème orphelin en littérature pour le renouveler à travers deux personnages formidablement incarnés.


Ma chronique :

Tout d'abord, je tiens à remercier le site Babelio et son opération Masse Critique, pour l'envoi de ce roman.

« Platonik », c'est l'histoire de Duncan et de sa maladie rare, de sa rencontre avec Laura. Ensemble, ils vont se lancer dans un projet d'écriture sur sa maladie, et vivront une sacré aventure. Le tout entrecoupé d'extraits du roman et des fragments du « journal intime » de Laura, et des cassettes de Duncan.

Je n'ai lu que des avis positifs sur ce roman, bien qu'il n'y en ai pas des tas. Je vais donc vous décevoir : je n'ai pas du tout aimé ce livre.

En fait, je ne pensais pas, au vu du résumé, que l'histoire partirait dans ce sens. C'est, je pense, ce qui m'a le plus déçu. Le sujet ne m'a pas plu. Pour faire bref : on parle d'écriture (bien évidemment, puisque ce sont tous des auteurs dans ce roman, du moins pour la plupart !), d'amour (c'est vite dit...) et de sexualité (bien plus que ce que je ne croyais !).

L'histoire est platesans réels rebondissements, mis à part à la rigueur vers la fin du roman, où l'on apprend le pourquoi du comment Duncan a demandé de telles choses à Laura, l'histoire de celui-ci, etc. Mais rien de transcendant !

Je n'ai pas trouvé les personnages intéressants. Ce bon vieux Duncan, censé être « un personnage unique » blabla, n'est pour moi pas bien captivant. Tout comme Laura, totalement insignifiante. Melinda est peut-être la seule qui est un temps soit peu attrayante.

J'ai totalement bâclé la fin du roman, il ne me restait qu'une centaine de pages, mais je n'ai pas pu finir. Pourtant, cela ne m'arrive pas souvent ! Je pense rapidement oublier ma « lecture »...

Après, le roman est très bien écrit, c'est indéniable ! Je peux comprendre ceux qui ont réussi à lire le tout d'une traite. L'auteure a un talent fou. C'est simplement que ce n'est pas mon style de lecture habituel, et du coup je n'ai pas accroché...

À vrai dire, je n'ai pas compris l'intérêt de l'histoire, je ne sais pas où l'auteure a voulu nous emmener, ce qu'elle a souhaité nous partager. Je pense que je suis totalement passé à côté !

Je n'ai donc pas du tout apprécié ma lecture pour toutes ces raisons. Mais je suis sûrement la seule, alors je ne m'en fais pas pour l'avenir de l'auteure et de son roman !

© Solène

★★★★★

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire